mini-ardenne
menu
connexion
mon panier

Voir toutes mes balades

Ajouter ma balade

Gérer mes favoris
Voir mon profil

Gérer mon profil
×
Se connecter






×
Pas encore inscrit ?

Mot de passe oublié ?
Formulaire d’inscription








8 x 5 =

Un e-mail va être envoyé à cette adresse.
Il contient un lien sur lequel vous pourrez cliquer pour activer votre inscription.


×
Réinitialisation du mot de passe
Un e-mail automatique va être envoyé à l’adresse sur laquelle vous vous êtes inscrit.

En cliquant sur le lien qu'il contient, vous pourrez ensuite régénérer un nouveau mot de passe.


×
×

Découvrez cette région de fond en comble avec des dizaines de combinaisons de balades personnalisables sur notre carte mini-ardenne !
Ajouter au panier
Une boucle familiale autour d’un point d’intérêt remarquable (family)

Les Réserves naturelles de la Montagne Saint-Pierre

Les Réserves naturelles de la Montagne Saint-Pierre
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne

Escapade hors Ardenne

Ajouter à mes favoris
Les caractéristiques de la balade
km
7.8
très dure
157
157
Cette balade s’adresse à des familles plutôt sportives.

En effet, la Montagne Saint-Pierre, c’est un site naturel vraiment exceptionnel situé à l’ouest du Canal Albert et de la Meuse mais il est assez costaud du point de vue du relief.

Magnifiquement aménagé, il est truffé de sentiers pittoresques, de petits escaliers formés de billes de bois qui serpentent sur le versant parfois assez abrupt, de grottes et d’entrées d’anciennes mines de silex ou de craie. Mais bon, par endroit, ça grimpe pas mal, mieux vaut le dire avant !

La Meuse, qui a creusé son sillon dans des couches sédimentaires calcaires, dues à la présence de la mer à une époque très très lointaine - avant l’actuelle dérive des continents - a laissé des traces étonnantes ici, dont des fossiles que l’on n’aurait pas pu soupçonner…

Dans la vallée, ce n’est pas le seul cours d’eau : le Canal Albert la suit en parallèle dans le même sillon, avant de la quitter précisément en aval d’Eben-Emael. Contrairement à la Meuse qui traverse Maastricht, le Canal Albert contourne la ville par l’ouest tout en se tenant dans les limites frontalières belges, puis il file vers le nord-ouest par le Limbourg (Genk, Hasselt) pour se diriger vers Anvers et l’estuaire de l’Escaut.

Cette balade part à sa rencontre depuis le village d’Emael. C’est aux abords de son sillon que l’on rencontre la fameuse Montagne Saint-Pierre qui ravira les amateurs de curiosités naturelles tant le site est riche en la matière.

Ca grimpe encore un coup pour quitter le site puis elle se cantonne ensuite sur ses hauteurs aux reliefs plus cléments, avant de regagner Emael par une autre curiosité intéressante : le Fort d’Eben-Emael.

On rejoint alors la vallée du Geer. Cette rivière est un affluent de la Meuse qui prend sa source dans les environs de Hannut. Il passe ainsi à Waremme, Tongres, Bassenge, Riemst puis se jette dans la Meuse à Maastricht.

Puis au moment de quitter le vaste fort, de bonnes surprises nous attendent encore : le Moulin de Loverix où il est possible de se ravitailler en cours de route puis pour finir en beauté, le biotope de la Guizette, un parc joliment aménagé situé entre le Geer et le village.


Le matériel
Le départ de la balade

Emael

Bassenge

CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Avec Eben, Emael constituait une commune avant leur fusion avec Bassenge. L’un étant dans le prolongement de l’autre, on entend souvent parler de l’association des deux : Eben-Emael mais ils possèdent chacun leur église.
La balade
km
0
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Il s’agit d’une église de style néo-roman caractérisée par ses quatre tourelles aux angles de la tour.
Localiser
km
0.2
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Un passage pittoresque qui donne une belle entrée en matière !
Localiser
km
1
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une vaste carrière de marne au sud-est du village d’Emael, aux abords de la Montagne Saint-Pierre.
Localiser
km
1.7
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Aller voir les infos complé-
mentaires
Cette réserve naturelle, qui fait partie de la Montagne Saint-Pierre, a été créée en 1973. Il s’agit du plus ancien site protégé de cette zone de Meuse. Une dizaine d’autres ont été créées par la suite.
Ce site est riche en flore calcicole. Pollinifère, elle est très variée.
Le microclimat de la vallée de la Basse Geer, y contribue beaucoup.

La faune est également très riche au niveau des batraciens, des oiseaux ou encore des mammifères tels que le blaireau.

On y découvre d’anciennes carrières de silex et de tuffeau, une craie sablée. Les galeries de celles-ci permettent l’hibernation d’espèces de chauve-souris.

Une race particulière de moutons permet un pâturage extensif de cette zone.

La carrière Marnebel qui souhaite étendre ses activités trouve une farouche opposition de la part des associations de la nature ainsi que des riverains.
Localiser
km
1.8
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Les premiers puits verticaux ont été creusés par l’homme dès le néolithique, entre -4500 et -1800 afin de retrouver une pierre qui leur était précieuse : le silex.
Localiser
km
1.9
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Cette plaque apposée sur une pierre est dédiée à la mémoire de Jean-Marie Léonard, né en 1964 et décédé en 2016. Il a contribué à l’érection en réserves naturelles et sites protégés, de plusieurs zones autour de la Montagne Saint-Pierre.
Localiser
km
2.2
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une petite silexière dont l’entrée connaît quelques problèmes de stabilité. Un renfort a dû être ajouté sur une montée de voûte.
Localiser
km
2.5
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Un carrefour en étoile en plein milieu des champs.
Localiser
km
2.7
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Depuis les champs, on descend dans le site de la Montagne Saint-Pierre.
Localiser
km
2.7
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Cette colline escarpée façonnée par la Meuse et le Geer, limite entre Hesbaye et Pays de Herve, est caractérisée essentiellement par son sol calcaire, engendrant toutes sortes de phénomènes naturels exploités par l’homme depuis très longtemps.
La montagne toute entière est limitée à l’est par la Meuse et à l’ouest par le Geer. Le canal Albert coupe la montagne en deux sur 1300 mètres et sur une hauteur de 65 m. Elle s’étend à la fois sur les territoires belge et néerlandais.
La réserve naturelle couvre quant à elle une quarantaine d’hectares sur le flanc mosan du plateau calcaire.

L’appellation Montagne Saint-Pierre provient du nom d’un village proche de Maastricht.


La partie la plus haute en altitude se situe aux Pays-Bas au niveau de la colline De Observant qui culmine à 171 m.

Avant que les continents ne trouvent leur position actuelle, en dérivant au fil des millions d’années, la région était recouverte par la mer, à l’ère du crétacé supérieur. Le cycle de la vie et de la mort de milliers d’animaux marins et surtout de nombreux unicellulaires à squelettes calcaires, ont laissé de vastes dépôts qui ont été érodés au fil du temps par la Meuse, creusant son sillon. On retrouve ainsi dans la roche, des fossiles d’animaux marins comme des oursins ou des coquillages. On retrouve même des dents de requins ou des pinces de crabe !

Cette zone a longtemps fait l’objet d’un pâturage ovin. Cela engendrait une végétation plutôt basse de plantes à fleurs. Mais une fois cette pratique abandonnée, les graminées reprennent le dessus, puis les arbustes tels que les ronces, les aubépines et les pruneliers, puis la forêt dont le bouleau est généralement la première espèce à pousser. Chênes, érables, charmes et merisiers venant en général en dernier lieu.

On essaye parfois de retrouver les pelouses calcaires du premier stade, assez rares et riches en espèces végétales ; soit par le fauchage, soit en rasant les arbustes, soit en coupant des arbres selon le stade d’évolution de la végétation.

La légende raconte que lors des invasions barbares, à la chute de l’empire romain d’occident, la Montagne Saint-Pierre s’est appelée Montagne des Huns, ayant été conquise par les hordes de barbares. Elle est devenue la Montagne Saint-Pierre en rappel de l’évêque de Maastricht Servais qui, ayant eu une vision de l’invasion des Huns, s’était rendu sur la tombe de Saint-Pierre, afin de le prier d’éviter des souffrances aux habitants. Il n’a cependant pas été exaucé.

Localiser
km
3
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce sentier suit une vallée sèche, typique des versants calcaires. Localement, on appelle ce type de vallée une chavée.
Ce type de vallée est dite sèche à cause que l’eau s’infiltre directement dans le sol calcaire et donc très poreux. La nappe phréatique se trouve au niveau de la Meuse.

Elle a en fait été creusée lors de la dernière période glaciaire, lorsque l’eau en phase de dégel s’écoulait sur la pente, alors que le sol était toujours gelé.

Les tunnels végétaux génèrent une fraîcheur particulière. Ils sont jonchés de pas mal d’espèces de fleurs.

Du point de vue de la faune, le blaireau profite des nombreuses cavités pour y établir son terrier. Plusieurs espèces avicoles occupent également les lieux : les troglodytes, les fauvettes ou encore les rossignols.
Localiser
km
3.2
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
De nombreuses explications sur le pâturage ovin, qui a contribué au développement d’une végétation riche en plantes à fleurs.
Localiser
km
3.2
Beaux petits escaliers pour muscler les quadriceps !
Localiser
km
3.3
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Il s’agit de très anciennes silexières protégées en site Natagora. Pas moins de 13 entrées de grottes se succèdent le long du sentier. Elles ne sont pas profondes et longent le coteau. La craie y a aussi été exploitée.
Localiser
km
3.5
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Aller voir les infos complé-
mentaires
Cette réserve naturelle située au pied de la Montagne Saint-Pierre a été créée au début des années 1990. Elle s’étend sur une dizaine d’hectares. Elle s’est formée suite aux vases lors du dragage du Canal Albert.
Un bois de saule jonché d’orchidées s’y est formé naturellement.
Localiser
km
4.1
Allez, une dernière grosse côte pour la route...
Localiser
km
4.1
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Petit coin ombragé entre la Rue du Garage vers Emael et le Pont du Caster sur le Canal Albert.
Localiser
km
4.3
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ne vous laissez pas impressionner par cette barrière, vous n’entrez pas en zone interdite ! Elle s’ouvre grâce au levier vertical qui la surmonte.
Localiser
km
5.3
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce bloc situé à l’extérieur du fort d’Eben Emael lui est relié par un souterrain. Il était équipé de projecteurs et de canons 60 mm.
Localiser
km
5.3
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une vue spectaculaire sur la Meuse, le Canal Albert et l’écluse de Petit-Lanaye, ainsi que sur toute la région située à l’est du sillon.
Localiser
km
5.7
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce lieu-dit est situé au sommet de la Montagne Saint-Pierre, juste à l’entrée du fort d’Eben-Emael, avec une vue sur la spectaculaire tour d’Eben-Ezer.
Localiser
km
5.7
CC BY-SA 4.0 Jean Housen
Voir sur Wikipedia
Ce fort construit entre 1932 et 1935 dans le cadre de la ceinture fortifiée de Liège, pourtant réputé imprenable, a été pris par les Allemands le 11 mai 1940, par des planeurs et des parachutistes.
Le plan de ce fort, qui surplombe de 65 m le Canal Albert, forme un pentagone irrégulier d’une surface de 0,75 km². Il s’agissait du plus grand fort jamais construit à son époque.

Localiser
km
5.8
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Il s’agit d’un bloc d’artillerie avec une coupole armée de 2 canons de 75mm.
Il est équipé d’une porte prévue pour envoyer des patrouilles mais elle constitue un point faible dont profiteront les Allemands.
Localiser
km
6
Cette casemate est armée de 3 canons de 75 mm, tout comme celle de Visé II et celle de Maastricht.
Lors de l’offensive de mai 1940, les portes intérieures ont été arrachées par des explosions. Au final, elle doit être abandonnée le jour même.
Localiser
km
6.2
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ces bunkers de mitrailleuses servaient à défendre la superstructure.
Localiser
km
6.4
Tout comme le bloc Mi Nord, il sert à la défense de la superstructure du fort.
Localiser
km
6.6
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Cette casemate située au nord était munie de 3 canons de 75 mm.
Localiser
km
6.9
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce bloc du côté ouest du fort fait partie d’un ensemble de 8, muni de canons anti-chars de 60 mm, de mitrailleuses, de projecteurs ainsi que d’une petite cloche d’observation.
Localiser
L’arrivée de la balade
km
7.3

Emael

Bassenge

site archéologique fontaine monument fort grotte réserve naturelle restaurant croix église carrière
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Localiser
km
7.5
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Ce petit parc situé à l’est du village a été réaménagé en profondeur par le Service des travaux de Bassenge. Il contient un étang creusé en 1993, alimenté par la fontaine de la Guizette toute proche. Le Geer longe le site à l’est.
Cette zone humide, récupérée lors d’une modification du cours du Geer entre 1970 et 1973, a été aménagée par l’administration communale de Bassenge.
Elle est dès lors devenue une zone de détente mais aussi un refuge pour les batraciens, qui avaient été perturbés lors des travaux de redressement de la rivière.
Localiser
km
7.6
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Une ancienne croix en fer forgé sur un socle en pierre gravé.
On peut lire sur le socle l’inscription :
NOVA CRUX DONO
LAMBERT EYSSEN
ERECTA
Localiser
km
7.6
CC BY-SA 4.0 mini-ardenne
Cette fontaine alimente l’étang de la Guizette. Le trop plein est évacué dans le Geer qui longe le biotope de la Guizette.
Localiser
Le ravitaillement à proximité
1
établissement
La carte
1
carte
Tongeren
Tongeren
Au pays du calcaire et de ses innombrables concrétions
Bonne route !